logo

Aux folles journées de Nantes!

En février, Guillaume Martigné se produira avec le Quatuor Psophos aux Folles Journées de Nantes.

La folle Journée est un festival de musique classique initié en 1995 à Nantes et qui constitue aujourd’hui l’un des grands événements nationaux du genre.

Depuis quelques années, la Folle Journée s’est même répandue en région et dans d’autres grandes villes comme Tokyo ou Varsovie.

En 2017, la Folle Journée se tiendra du mercredi 1er au dimanche 5 février. Le thème de cette nouvelle édition sera Le rythme des peuples et elle explorera l’influence de la danse dans le répertoire traditionnel mais aussi les interprétations les plus audacieuses et inventives.

« LE RYTHME DES PEUPLES : Forme primitive de l’expression artistique, la danse est née du génie populaire.

Très tôt cependant, elle influence la musique savante : dès le Moyen-Âge en effet, elle s’invite dans les cours princières et suscite la création des premiers orchestres. Dès lors, les compositeurs composent toujours en référence à la danse, dont ils adaptent les rythmes à un style instrumental qui va naturellement en se complexifiant : ainsi les courantes, gigues ou sarabandes de Bach ou Rameau ne sont pas plus des musiques à danser que ne le seront plus tard, à l’époque classique et romantique, les menuets de Haydn, les ländler de Schubert ou les valses de Chopin.

Tout au long du XIXe siècle et au-delà, les compositeurs continuent d’utiliser de nombreux thèmes de danses, aussi bien dans la musique de chambre que dans la musique concertante ou symphonique. La tradition du ballet connaît par ailleurs son apogée avec les compositeurs russes – Tchaïkovsky, Borodine, Glazounov… jusqu’à Stravinsky qui ouvre la voie au modernisme avec son célèbre ballet Le Sacre du printemps, créé par Diaghilev en 1913. À la même époque en France, des musiciens tels que Bizet, Debussy, Ravel, Manuel de Falla ou Albéniz renouent avec des formes anciennes de danse – pavane, habanera, boléro… témoin l’exemple célèbre de Ravel -, et la danse reste tout au long du XXe siècle très présente dans l’inspiration des musiciens, comme le démontrent les collaborations scellées, au cours des dernières décennies, entre compositeurs et chorégraphes, comme par exemple entre John Cage et Merce Cunningham. »  René Martin

 

Samedi 4 février à 21h15 :
Szymanowski, Quatuor à cordes n°2 opus 56
Adams, John’s Book of Alleged Dances pour quatuor à cordes et bande son, extraits

Dimanche 5 février à 16h30, avec le harpiste Sylvain Blassel :
Debussy, Danses sacrée et profane, version pour quatuor à cordes
Tournier, Féérie (Prélude et Danse)
Caplet, Conte fantastique

 

Plus d’informations sur les Folles Journées : logo-internet  logo Facebook  twitter-logo

 

Salle Marie Sallé à la Cité des Congrès de Nantes

Comments are closed.